vendredi, 19 novembre 2010 00:00

Enfin la réalité sur le vaccin contre le cancer du col de l'utérus

Écrit par
Évaluer cet élément
(0 Votes)
L’association MEDOCEAN, qui oeuvre pour l’amélioration de la qualité et de l’indépendance des soins sur les sujets de santé publique, d’épidémiologie, dans l’Océan Indien, se réjouit de la publication par la Haute Autorité en Santé des nouvelles recommandations concernant la prévention –et plus précisément le dépistage- du cancer du col de l’utérus. Celles-ci remettent la vaccination (ndlr : contre certains virus pouvant entraîner un cancer) à la place qu’elle mérite : celle de produits dont l’efficacité ne peut qu’être fortement mise en doute, en l’état actuel des connaissances à leur sujet.

Mais ceci n’a été possible que grâce à un énorme travail de lutte que nous avons fourni, à l’aide de l’Union Régionale des Médecins Libéraux, contre la désinformation que les laboratoires fabriquant le vaccin (et en particulier UN vaccin) ont organisée à travers les médias grand public, mais également auprès de tous nos confrères, généralistes et gynécologues. Il est d’ailleurs malheureux de constater que même des collègues responsables d’organismes de Formation Médicale Continue sont tombés dans le panneau au point de faire la promotion de ces vaccins…

Par ailleurs, que la HAS ait eu beaucoup de mal à émettre, finalement, un avis plus que prudent sur cette vaccination (comme vous pouvez le lire dans l’extrait brut ci-dessous), est peut-être lié au fait que certains experts du Groupe De Travail qui ont planché sur le sujet ont des conflits d’intérêt MAJEURS avec les industriels fabriquant les vaccins (consultables sur http://www.medocean.re/category/activite/hpv/ , le cas du Dr BALDAUF est le plus saisissant, mais il n’est pas le seul)... Nous souhaitons vivement que cette institution, qui se veut respectable, se donne les moyens à l’avenir de gérer beaucoup mieux que ça les conflits que ses experts peuvent présenter (et du moins qu’elle en informe CLAIREMENT les lecteurs des recommandations, ce qui n’est pas le cas pour celles-ci). Il en résulte une recommandation qui, comme nous le préconisions, met surtout en avant le dépistage par frottis du col, qui doit bénéficier très prochainement à La Réunion d’une organisation systématique : parlez-en d’ores et déjà à votre médecin généraliste ou gynécologue !

Télécharger l'article dans sa version intégrale

Lu 6947 fois Dernière modification le mardi, 01 juillet 2014 13:08

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.