lundi, 09 janvier 2012 00:00

Une thèse « indépendante » récompensée

Écrit par
Évaluer cet élément
(0 Votes)

L’association Méd’Océan va récompenser, samedi prochain, une thèse de médecine pour son indépendance vis-à-vis de l’industrie pharmaceutique.

Créée il y a une dizaine d’années, l’association Méd’Océan s’est donné pour mission de réfléchir à « l’amélioration de la qualité et de l’indépendance des soins» en médecine générale, sur les questions intéressant la santé publique, l’épidémiologie et les soins primaires, à La Réunion ou dans l’océan Indien. Elle revendique une dizaine d’adhérents.

A l’instar, au niveau national, de la revue Prescrire et de l’association Formindep, elle oeuvre à « la défense d’une information claire, transparente et honnête, qui laisse la place à l’objectivité concernant nos prescriptions de tous les jours à nos patients ».

Dans cet esprit, et dans le contexte d’évènements comme l’épidémie de grippe H1N1 ou du Médiator qui ont révélé crûment le poids de l’industrie pharmaceutique dans les décisions touchant la santé publique, l’association a décidé en juin dernier de récompenser d’un « Médocéan d’or » une thèse de médecine générale réalisée en toute indépendance vis à vis de cette industrie.

Il s’agit là d’«une première en France », affirme le Dr Philippe de Chazournes en décrivant combien les laboratoires pharmaceutiques sont présents aujourd’hui dès les études médicales : pour fournir par exemple des « outils statistiques » au thésard, soutenir financièrement la publication des thèses, voire payer le pot de fin soutenance, etc.

« Cela paraît anodin, c’est rentré dans les moeurs, les étudiants trouvent ça normal parce qu’ils baignent là-dedans depuis le départ ; mais ça n’existait pas il y a quelques années et cela constitue une emprise sur les thèses », indique le président de Méd’Océan. « Il est donc important d’encourager le futur médecin à garder une certaine distance et indépendance dans ses raisonnements et la thèse en est une occasion majeure.»

Les thèses susceptibles de postuler au Médocéan d’or (doté de 1 000 euros, auxquels s’ajoute une contribution à hauteur de 500 euros aux frais d’édition de la thèse), devaient avoir été soutenues entre le 1er janvier 2009 et le 31 août 2010 et porter sur un sujet en rapport avec l’objet de Méd’Océan.

Le Dr de Chazournes déclare avoir reçu six candidatures, nombre qu’il juge « assez inespéré ». Le jury était composé de quatre médecins, dont l’un travaille en milieu hospitalier et enseigne à l’UFR (unité de formation et de recherche) Santé. Le sujet et l’auteur de la thèse lauréate seront dévoilés samedi prochain, à l’occasion d’une cérémonie en début d’après- midi à l’auditorium du Conservatoire à rayonnement régional, à Saint-Denis.

Le président de Méd’Océan indique avoir invité les autorités sanitaires et universitaires de l’île ; mais « les patients, les professionnels de santé sont invités », précise-t-il en espérant susciter un débat et, d’une manière générale, « un regard différent sur l’industrie ».

Télécharger l’article dans sa version originale paru le jeudi 08/12/2011 dans le Quotidien de la réunion

Lu 6377 fois Dernière modification le mercredi, 02 juillet 2014 06:00

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.